Comment éviter les impayés ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La prévention des impayés est un impératif pour toute entreprise. S’il n’existe pas de formule miracle, la mise en oeuvre de bonnes pratiques permet de réduire le risque.

Comment éviter les impayés ?

1) Dès la prospection, l’entreprise doit disposer d’informations sur la solvabilité de ses prospects et leur comportement de paiement. Pourquoi perdre du temps et de l’argent à démarcher des entreprises qui ne vous paieront pas !

Les services spécialisés d’information économique et financière sont plus que jamais indispensables pour connaître ces clients ou prospects : bilan et compte de résultat de l’entreprise, soldes intermédiaires de gestion SIG, ratios financiers, comparatif par rapport à la moyenne du secteur d’activité, identité des dirigeants, liens capitalistiques, comportement de paiement de l’entreprise, surveillance des inscriptions de privilèges du Trésor Public, de l’URSSAF et des Caisses de retraite…

2) Suivi administratif et juridique

Un bon de commande signé, des conditions générales de vente bien rédigées et acceptées par le client, un procès verbal de réception de chantier, un bon de livraison émargé… ces documents sont trop souvent négligés par les entreprises. En cas de conflit avec le client, l’entreprise en aura besoin pour aller en justice, et elle aura d’autant moins à le faire que son client aura validé ces documents et qu’il se saura engagé.

3) Organisation du recouvrement

Avant d’être impayée, une facture est d’abord en retard de paiement.

L’organisation du recouvrement de créances commence dès le choix du mode de paiement. Le taux de recouvrement à bonne date approche les 100 % pour les prélèvements mais sera inférieur à 50 % pour les paiements par chèques.

Le relance des clients doit être rapide. Entre l’entreprise qui relance à J+2 et celle qui attend un mois pour relancer, les délais d’encaissements ne seront pas comparables et l’impact sur la trésorerie également.

La direction doit mettre en place une procédure de relance, pour dire qui fait quoi et quand.

L’implication du commercial est de plus en plus requise, pour débloquer certaines situations.

A partir d’une certaine taille d’entreprise ou d’un volume de relances, l’utilisation d’un logiciel de recouvrement de créances devient indispensable. Ces logiciels centralisent l’information et facilitent une organisation optimale du recouvrement des factures. De plus, des logiciels tels que Collectys s’intègrent parfaitement dans un système d’information et permettent de gagner du temps et d’être plus efficace.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »